Ayrton Senna
Signé Patrice Vatan
Récents
Hors série
Grands Prix
Circuits
Biographies
Jean-Pierre Beltoise
Autres participations
F.1
Statistiques
Championnats
Grands Prix
Circuits
Pilotes
Marques
Moteurs
Pneus
• 
Official website »
F.1 Tests
Années
Circuits
Pilotes
Marques
Moteurs
Pneus
All Series
Calendar
Circuits
Pilotes
F1SA

© 1996-2018 FORIX
Hosted by autosport.com

Bug report
Atteindre Chercher Page Principale
X   Signé Patrice Vatan
Trente secondes. Le cercle épais du volant.
Trajectoires et lignes de vie   Claudine Brillowski

À peine l'avion qui décolle pour Nice a-t-il stabilisé son ascension que notre voisin Michel Mathieu, la mine gourmande, extirpe de son sac un livre dont la couverture montre un visage casqué de bleu et de blanc, celui de Jean-Pierre Beltoise. Il nous en lit les deux premières phrases, courtes, sèches, avec la délectation d'un moine découvrant l'original de l'Ancien testament : «Trente secondes. Le cercle épais du volant».

Samedi 2 juin 1973. Nous serons le lendemain à Monaco où nous espérons tous les deux que ce que décrit avec tant de brio Johnny Rives dans son livre « BELTOISE Le roman d'un champion » - dont Michel vient d'acquérir à Orly l'un des premiers exemplaires -, c'est à dire la victoire de Jean-Pierre à Monaco l'an dernier, se renouvellera.

L'ouvrage de Rives est une source. Ecrit dans le feu de la saison 1972, il se situait à sa sortie comme un complément à la presse spécialisée, on y apprenait des choses que l'actualité, qui roule inlassablement sa boule quotidienne, empêche le journaliste de traiter avec le recul nécessaire. Mais produit à chaud, l'ouvrage n'est pourtant pas exempt d'imprécisions.
Qu'importe, trente ans plus tard, le texte a refroidi et a acquis le statut de référence. Quiconque travaille sur Beltoise le trouve sur sa plume. C'est une source.

Les sources sont le grain à moudre du diffuseur d'informations. Il lui faut les identifier, les peser, les croiser pour en extraire l'élément qu'il pense être le plus proche de la réalité. Ce n'est pas facile. L'arrivée d'Internet parmi les médias n'a fait qu'ajouter encore à l'imprécision, à l'aléatoire, chaque webmestre diffusant l'info en la prétendant vraie. Les forums spécialisés sur le Net, notamment le fameux The Nostalgia Forum sur Atlas F1, bruissent continuellement des imprécisions et des erreurs qu'avec le temps les copistes successifs ont déposé au-dessus de la vérité. Des discussions s'éternisent autour de faits qui paraissent à ces intervenants aussi primordiaux que le réchauffement de la planète ou la démographie galopante : qui est finalement cinquième du Grand Prix de France 1957, Schell ou Behra ; quand est donc né Jean Lucienbonnet ; qui est cet inconnu, Antonio Bernardo, engagé au GP de Belgique 1976 et que personne n'a jamais vu ? etc.

Notre recherche sur la carrière de Jean-Pierre Beltoise, s'appuie, quant à elle, sur les sources suivantes :

  • Le mensuel Sport auto, dont les comptes-rendus de Grands Prix par Gérard Crombac sont des mines d'or. Précision et exhaustivité guidaient cette grande intelligence.
  • Le mensuel belge Virage qui avait en 1970 trente ans d'avance au plan graphique. Une iconographie superbe mais un rédactionnel quelquefois un peu lâche.
  • La revue Champion que dirigeait José Rosinski. Les analyses pénétrantes et bien écrites du fin José sont précieuses.
  • La revue Moteurs qui sous la plume de Luc Augier donnait des informations qu'on ne trouvait pas toujours ailleurs.
  • Le magazine du Club Jean-Pierre Beltoise qui consiste en une collection de sept petits fascicules ronéotypés à la va-vite et qui tâchent encore les doigts, mais magistralement illustrés et documentés par l'âme du club, Didier Braillon.
  • L'ouvrage de José Rosinski, «Matra la saga, 1965-1982», celui de Beltoise lui-même, «Défense de mourir» et bien sûr le beau livre de Johnny Rives cité plus haut, que notre ami Michel dévore alors que l'avion descend sur Nice-Côte d'Azur.
  • Contact Twitter